Critik TV - Le blog critique sur la télé

Critik TV - Le blog critique sur la télé

Menu
Westworld Saison 1, série futuriste glaçante et visionnaire

Westworld Saison 1, série futuriste glaçante et visionnaire

Westworld Saison 1, série futuriste glaçante et visionnaire

Budget pharaonique, casting prestigieux et science-fiction sont les ingrédients de la nouvelle série hors normes de HBO, Westworld. À mi-chemin entre la réalité et le virtuel, la série plonge ses téléspectateurs dans un futur pas si lointain dans lequel humains et robots coexistent dans un lieu de loisirs. Depuis son lancement Westworld génère un buzz similaire à Game of Thrones ou Lost. Fiction d’exception pour les uns, concept marketing pour les autres, la série ne laisse pas indifférent.

 

Le divertissement du futur

Westworld est un parc d’attractions futuriste rempli d’androïdes appelés « les hôtes » dans des décors reprenant l’univers du Western. Chaque androïde a une apparence humaine et est programmé pour interagir avec les visiteurs du parc selon un scénario programmé. Chaque jour les hôtes sont réinitialisés pour oublier les visiteurs qu’ils ont rencontré et reçoivent régulièrement des mises à jour de leurs scénarios. Un jour les gérants du parc s’aperçoivent qu’il y a des bugs dans le comportement des hôtes suite à une mise à jour. La présentation de la série laisse penser que la technologie va dépasser l’homme, ce sera bien plus que ça.

Chaque épisode démarre avec Dolorès (jouée par Evan Rachel Wood), un hôte féminin du parc qui se réveille dans sa chambre puis se rend en ville selon son scénario. C’est donc à travers son point de vue que le téléspectateur découvre le parc Westworld avec ses différents personnages et les scénarios qu’ils doivent interpréter. Cependant à chaque épisode, des changements dans le comportement de Dolorès apparaissent et sa conscience semble évoluer. On suit également le parcours d’un mystérieux « Homme en noir » (Ed Harris) qui parcourt les magnifiques paysages montagneux et désertiques à la recherche de quelque chose d’important. Cet homme cruel est au premier abord le « méchant » de la série, n’hésitant pas à torturer des personnages pour arriver à ses fins.

Mais Westworld nous emmène également « de l’autre côté du miroir » c’est-à-dire à l’extérieur du parc, dans la société qui le contrôle. Dirigée par une femme nommée Theresa, l’entreprise Westworld est en charge de construire les robots, de les programmer mais surtout d’inventer en permanence de nouvelles histoires (les scénarios) pour attirer le plus de visiteurs possible. Elle est épaulée par un assistant, Bernard qui est en première ligne pour résoudre les bugs des hôtes. Enfin, le créateur du parc lui-même n’est jamais bien loin, le docteur Robert Ford, joué par l’acteur Anthony Hopkins. Cet homme semble cacher de nombreux secrets et s’oppose parfois à la PDG. Enfin un troisième point de vue est adopté celui de William, un riche visiteur du parc qui y vient pour s’amuser avec un ami.

Mais qui est vraiment "l'homme en noir" ?

Mais qui est vraiment "l'homme en noir" ?

Quand le progrès technologique s’emballe

Voir des robots aussi réalistes créés par des humains est très impressionnant pour ne pas dire bluffant. Ils sont sans doute ce que nous connaîtrons dans quelques décennies à mesure où le défi technologique ne cesse d’être surpassé. Dans Westworld, les robots, les hôtes sont sous le contrôle total d’une entreprise dans un but récréatif (un parc d’attractions) et financier (les visiteurs payent le parc). Ils ne peuvent pas faire tout ce qu’ils veulent et encore moins attaquer les humains. Mais jusqu’à quand ? C’est d’ailleurs l’objet de la série. Les nombreux bugs qui s’immiscent dans les hôtes vont leur permettre progressivement de faire ce qu’ils veulent. Comme dans Frankenstein, les créatures vont échapper à leurs créateurs.

C’est ce qui rend cette série si passionnante et en même temps effrayante. Les scénaristes posent pendant les cinq premiers épisodes les jalons de Westworld avec ses codes. Le rythme très lent et la multiplicité des personnages rend cette fiction complexe aux yeux du téléspectateur. Au point qu’on pourrait en perdre le fil. Mais à partir de la deuxième moitié, tout s’enchaine et les différents mystères autour de la mythologie du parc prennent réellement forme et donnent des clés de compréhension. Et à l’heure des réseaux sociaux la série multiplie les questionnements pour que les internautes partagent des théories comme « Qui est vraiment l’homme en noir ? » ou « Y’a-t-il plusieurs timelines ? ».

Les producteurs et créateurs de Westworld n’en sont pas à leur coup d’essai dans la fiction technologique. J. J. Abrams et Jonathan Nolan s’occupaient dernièrement de la série Person of Interest où une intelligence artificielle est capable de tout espionner. Dans Westworld ils montrent que les humains ne se suffisent plus à eux même y compris pour se divertir. La technologie doit être poussée à son extrême pour donner plus de plaisir à l’être humain. Le virtuel prend le pas sur le réel et les frontières entre ses deux extrêmes disparaissent. D’ailleurs le plus frappant dans cette fiction est qu’on ne se rend pas toujours compte de qui est vraiment humain ou robot. Une savoureuse méthode scénaristique pour nous torturer les méninges.

 

Une série captivante qui fait réfléchir

Véritable événement série de cette rentrée télé, Westworld se regarde avec plaisir. Même s’il faut clairement être patient avant de vraiment rentrer dedans. Les effets spéciaux, les décors époustouflants sont absolument géniaux. Les intrigues sont lentes au début et difficiles à cerner mais cette lenteur vaut le coup.

Surtout, Westworld nous force à nous questionner sur le bon sens de tous les progrès technologiques accomplis ces dernières années et sur ce qui est prévu dans le futur. Faut-il vraiment que l’Homme créé de ses mains et de sa science une population entière toujours plus intelligente ? Les réponses qu’apporte la série font parfois froid dans le dos.

 

Note Critik TV : 7,5/10

Bande annonce de la saison 1 de Westworld sur HBO

Westworld est une série diffusée en France sur OCS tous les lundis à 21h00 et aux Etats Unis sur HBO.

Crédits images et vidéo : HBO